Pre estimer
votre bien en ligne
Cliquez ici
Pre
estimer

votre bien en ligne
Cliquez ici

Les acheteurs se rabattent vers des marchés plus abordables

jeu, 29/03/2018 - 17:00
Les prix de l’immobilier parisien ont flambé en 2017 et en 2018 la tendance haussière va se poursuivre. Les budgets des ménages qui veulent acquérir un bien dans un quartier de la capitale ont du mal à suivre face à ce taux d’inflation galopant de l’immobilier.

Les prix de l’immobilier parisien s’envolent

Depuis 2016 l’immobilier parisien connait une forte augmentation des prix. Les particuliers ont tendance à se rabattre sur les communes voisines de Paris pour trouver un bien immobilier à un prix plus abordable. Les prix dans la grande couronne où l’on trouve beaucoup de maisons individuelles, ont enregistré une hausse annuelle de 3%. Pour acheter une maison dans les Yvelines un ménage doit débourser en moyenne 358 100 euros, dans l’Essonne 278 900 euros. Dans le Val d’Oise le prix moyen tourne à 267 900 euros et dans la Seine-et-Marne 231 800. Dans ces départements, les notaires estiment que les prix des maisons vont subir une hausse allant de 5000 à 11 000 euros avec des conséquences négatives sur le pouvoir d’achat immobilier. Les budgets des ménages n’augmentent pas à la vitesse des prix de l’immobilier parisien et francilien, au contraire.

L’euphorie du marché immobilier freiné par l’inflation

Certains  experts prédisent que « dans le sillage de l’inflation, les taux de crédit pourraient remonter plus que prévu ». Pour le début 2018, les experts tablaient sur une accalmie des taux mais le retour de la croissance et de l’inflation sont deux facteurs qui pourraient modifier la donne. Les prix de l’immobilier devraient grimper moins vite qu’au cours des derniers mois car les banques restent favorables au maintien de taux bas pour ne pas freiner le dynamisme du marché. Pour le moment, l’ensemble des acteurs de l’immobilier sont satisfaits car ils encaissent de beaux bénéfices. L’inflation a fait son retour aux Etats-Unis mais l’Europe devrait rester épargnée pour quelques mois encore.

Un retour de l’inflation affecterait les prévisions optimistes

Même si les prix au mètre carré se sont envolés dans les grandes villes, l’année immobilière 2018 est annoncée comme la suite logique de l’année écoulée. Le marché parisien ou bordelais a de quoi dissuader les acheteurs qui ne disposent pas de revenus élevés. A ce jour plusieurs incertitudes planent comme celle de l’évolution des taux d’emprunt et le retour de l’inflation, annoncé par certains. Ce qui est sûr, c’est que les revenus des ménages restent au même niveau.

Haut de page