Pre estimer
votre bien en ligne
Cliquez ici
Pre
estimer

votre bien en ligne
Cliquez ici
Laforêt Immobilier Nanterre

Les prix de l’immobilier continuent de grimper

mar, 22/05/2018 - 11:00
Les uns sont d’avis que la hausse des prix de l’immobilier va se stabiliser en 2018 alors que d’autres pensent qu’elle va se poursuivre. Il est vrai qu’en 2017, les prix des logements n’ont cessé de grimper dans la plupart des villes. La capacité d’achat immobilier a souvent du mal à suivre.

Les prix des logements atteignent des sommets

Accalmie en vue ou poursuite effrénée de la hausse du prix des logements ? Ce qui est sûr c’est que toutes les villes de l’hexagone ne sont pas logées à la même enseigne. En effet, on constate actuellement des écarts de prix considérables et dans plusieurs villes la hausse se confirme. Conséquence de cette tendance haussière dans certaines agglomérations, le budget des ménages a du mal à faire face à ces augmentations. En 2017 déjà, on assistait à un rallongement de la durée des prêts. Aujourd’hui il n’est plus rare de voir des foyers qui empruntent sur des périodes très longues c’est-à-dire au-delà de 20 ans.

Autre solution : acheter un logement moins grand

Autre possibilité pour faire face à la hausse des prix de l’immobilier dans la plupart des grandes villes, la réduction du nombre de mètres carrés que l’on achète. Logements plus petits ou davantage éloignés des infrastructures et des commodités qui facilitent la vie au quotidien. Les ménages français étudient toutes les options pour devenir propriétaire à moindre coût. Pour 2018, les experts du secteur immobilier prévoient que la hausse des prix des logements devrait être moins forte qu’en 2017 où elle avait été de +3.3%. Ils prévoient une hausse de 3% en moyenne, une prévision qui reste à vérifier dans les prochains mois.

Où trouver un bien immobilier moins cher ?

Comme les prix de l’immobilier atteignent des sommets dans la majorité des grandes villes, certains ménages font le choix de se rabattre sur des agglomérations où les prix sont plus stables. En effet, on assiste actuellement à un décrochage des ménages sur le plan de la solvabilité. Plus question de devenir propriétaire à n’importe quel prix ou de s’endetter sur 30 ans. Le pouvoir d’achat de beaucoup de foyers est fortement réduit et l’option PTZ a disparu suite aux modifications de 2017. D’ici quelques mois le marché de l’immobilier pourrait prendre un autre visage car il est aussi dépendant des aides publiques qui en 2017, avaient fortement contribué à le propulser vers des sommets.

Haut de page