La taxation des biens immobiliers en France

28.03.18

En France, l’investissement dans la pierre se trouve lourdement taxé. En effet, la personne qui achète un bien immobilier est taxée depuis le moment de l’achat jusqu’à la revente ou la transmission. Le contribuable est redevable des impôts locaux, taxe foncière, taxe d’habitation et imposé sur les revenus locatifs qu’il perçoit.

La multiplication des impôts et taxes

En acquérant un bien immobilier, l’acheteur doit s’acquitter de frais notariés qui incluent les frais d’enregistrement du bien. La France fait figure de mauvaise élève parmi les pays de l’OCDE en raison de «la part prépondérante de l’immobilier dans l’assiette des prélèvements sur le capital. En effet, deux tiers de ces prélèvements concernent l’immobilier, soit 50 milliards d’euros sur les 80 milliards qui pèsent sur les ménages ». La taxe foncière représente 20.1% de la taxation immobilière en France. Alors on peut à juste titre se poser la question si la pierre qui est le placement favori des Français, est vraiment rentable si l’on tient compte de tous les impôts et taxes qui sont prélevés.

L’ISF remplacé par l’IFI

Depuis le 20 octobre 2017, l’IFI l’impôt sur la fortune immobilière a remplacé  l’impôt sur la fortune, l’ISF. Pour certains, ce changement de législation n’est rien d’autre qu’ «un cadeau aux plus riches » L’ISF était versé par près de 350 000 foyers fiscaux dont le patrimoine net excédait les 1.3 millions d’euros. Le nouvel impôt ne touche que le patrimoine immobilier et le taux d’imposition tournera entre 0.5% et 1.5% en fonction du montant du patrimoine détenu. La résidence principale bénéficie d’un abattement à hauteur de 30%. Pour les uns, ce nouvel impôt est plus juste alors que d’autres n’y voient que des avantages fiscaux concédés aux Français les plus fortunés.

Une taxation trop lourde

Sans être redevable de l’impôt sur la fortune immobilière, la plupart des Français se plaignent du nombre élevé de taxes et impôts dont ils sont redevables juste parce qu’ils sont propriétaires. Même si de nombreux foyers pourront bénéficier de la suppression progressive de la taxe d’habitation, le capital doit faire face à la taxe foncière, à la taxe d’aménagement, aux droits de mutation lors de l’acquisition du bien, le paiement d’une surtaxe si l’on possède une résidence secondaire, une taxe sur les terrains vacants etc. Faut-il réfléchir à deux fois avant de vouloir devenir propriétaire au vu du nombre de taxes et impôts qu’il faut payer, sans compter l’impôt sur le revenu.

Tous les articles