Quelle région pour sa résidence secondaire ?

16.12.13

Où investir dans une résidence secondaire ?

Maison de campagne, chalet à la montagne, appartement en bord de mer… avoir une résidence secondaire est un rêve partagé par de nombreux Français. En témoignent les chiffres relevés par l’INSEE en 2012, qui dénombrent un parc de résidences secondaires égal à 3,15 millions, soit 9,5% du parc immobilier français. Dans quel type de logement secondaire investir et pour quelle région opter ?


Un rêve à prix coûtant

Si les statistiques donnent l’impression que les Français sont majoritairement propriétaires d’une résidence secondaire, il n’en est rien : seuls 10% des ménages ont pu investir dans un achat immobilier. En 2010, le prix d’achat d’un bien immobilier équivalait ainsi à 188 000 euros en moyenne. Pourtant, depuis une étude d’un magazine mensuel renommé, le prix des résidences secondaires en bord de mer aurait déjà baissé de 10% et celui des logements situés dans l’arrière-pays de 20%.

 

Les stations balnéaires, très prisées par les acquéreurs

Les stations balnéaires et bords de mer sont très prisés des acquéreurs de biens immobiliers. Au Touquet, il faut compter entre 400 000 et 500 000 pour une maison de ville et plus pour les meilleurs emplacements en front de mer. Le centre-ville est également très recherché. Aujourd’hui, seuls les biens à prix moyen se vendent.

En Normandie, même schéma : si la baisse des prix est amorcée, le front de mer à Deauville et Trouville affiche des prix se situant aux alentours d’1,5 à 3 millions d’euros. Le prix des appartements correspond quant à lui à 3300 à 5500 euros le mètre carré. En Bretagne, notamment à Saint-Malo et Dinard, il faut souvent dépasser la barre des 300 000 euros pour l’achat d’une maison.

Les stations situées en Vendée offrent des prix bien plus abordables, telles que Saint-Jean-de-Monts ou Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Le mètre carré fluctue entre 2300 et 3000 euros, tandis que les maisons affichent des prix variant entre 250 000 et 300 000 euros.

 

Des prix plus ou moins accessibles dans le Sud

A part les villes de Biarritz et de St Jean-de-Luz, quasi inabordables, la région des Landes offre davantage d’opportunités. Une petite villa jumelée coûte ainsi environ 200 000 euros à Biscarosse ou Mimizan.

En Méditerranée, à Bandol, au Lavandou ou à Cavalaire en revanche, les prix peuvent monter jusqu’à 6000 euros le mètre carré, selon les biens. Le golfe de Saint-Tropez (Cannes, Antibes ou Menton) affiche quant à lui des valeurs atteignant les 8000 euros le mètre carré. Plus à l’ouest, entre Sète et la frontière espagnole, les prix se font plus doux : entre 2000 et 4000 euros le mètre carré et jusqu’à plus de 5000 euros dans les environs de Collioure.

Des petites surfaces accessibles en montagne et des prix plus abordables à la campagne

Les petites surfaces, moins prisées, sont devenues plus abordables. En montagne, comme dans la région Savoie, la fourchette de prix au mètre carré est large : entre 3000 et 8000 euros le mètre carré à Val Thorens et aux Ménuires et entre 3000 et 6000 euros aux Arcs et à La Plagne. La Plagne, Courchevel et Megève en Haute-Savoie demeurent cependant inabordables pour des budgets moyens. À Chamonix, le retrait des Anglais a par ailleurs fait baisser les prix de l’immobilier.

Enfin, les régions en campagne telles que le Berry, la Creuse, le Perche ou l’Aveyron offrent globalement de multiples opportunités à des prix bien plus abordables.

 

crédit photo : © pp76 - Fotolia.com-© guitou60 - Fotolia.com

Tous les articles